Règles du Backgammon

 

1. Au début de la partie de Backgammon, il faut être attentif à la disposition initiale des jetons. Elle ne pourra pas être modifiée par la suite. Alors, chaque joueur lance un dé. Par tradition, ce lancer se fait sur la partie du plateau située à la droite du joueur.

On doit rejouer si l'un des deux dés est «cassé», c'est-à-dire s'il ne tombe pas à plat. C'est celui qui a obtenu le plus de points qui va commencer, en utilisant la combinaison des deux résultats. Par exemple, le lancer a donné, respectivement, un 5 et un deux, c'est le joueur qui a tiré le 5 qui va commencer, avec un 5/2.

2. Le déplacement des pièces est effectué en fonction des indications des dés. Sauf dans le cas des restrictions prévues au point 3.

Si un joueur obtient, par exemple, un 4/3, il a deux possibilités. Soit il avance un seul de ses jetons de 7 flèches, soit il en avance un de quatre flèches et l'autre de trois. Si son lancer lui fait obtenir un double, un 5/5 par exemple, il double le total des points qui apparaissent sur les dés. Ici, cela donne un 20.

3. Restrictions. Un pion ne peut se poser sur une flèche si elle est «fermée», c'est-à-dire s'il y a deux jetons adverses. Dans ce cas le pion peut la franchir sans si arrêter. Il peut, bien entendu, s'y arrêter si elle est inoccupée. Elle demeure «ouverte» si elle n'est occupée que par un jeton adverse. Dans ce cas, le premier occupant devient un jeton «mort» à l'arrivée du nouveau. Il est mis hors jeu et déposé sur la barre mitoyenne. Les autres jetons de son propriétaire sont immobilisés, jusqu'à ce que le jeton «mort» soit remis en jeu. Avant qu'il ne soit réintroduit sur une flèche libre du jan intérieur adverse, il faut que le joueur concerné obtienne un tirage exact. Faute de quoi, il passe son tour.

Prenons le cas où les flèches 1, 3, 4 et 5 soient fermées. Le jeton «mort» ne peut être réintroduit que si le lancer donne le deux ou le six. Si l'adversaire a réussi à fermer son jan intérieur, il ne reste qu'à attendre une éventuelle libération d'une flèche. Sinon il a peu de chances que l'on puisse gagner cette partie. Si, lors d'un lancer, le montant des deux dés ne permet pas de poser un jeton sur une flèche libre, le joueur peut n'utiliser que celui d'un seul.

4. Un joueur ne peut retirer des jetons du jeu qu'après qu'ils soient tous rentrés dans son jan intérieur. Un jeton sort du jeu si le résultat du lancer correspond à sa position dans le jeu. Par exemple, si les dés donnent un 4, il permet de faire sortir le jeton placé sur la quatrième flèche. Si elle est inoccupée, il peut sortir la flèche la plus proche. On n'est cependant pas obligé de faire sortir ses propres pièces. Il a la possibilité de faire avancer un autre de ses jetons, si la situation du jeu le permet. Par contre, s'il ne peut reporter ce mouvement sur un autre de ses pions, il est tenu de le faire. Même si cela le désavantage en isolant un autre de ses jetons et en le rendant ainsi vulnérable.

5. Le dé de doublement. Le plus fréquemment, les joueurs sont convenus d'avance du gain lié à la partie (Ce n'est pas nécessairement de l'argent ni un objet d'une grande valeur). Si, au lieu de lancer les dés, le joueur dont c'est le tour, l'annonce, ce gain passe au double. A condition que l'adversaire l'accepte. Faute de quoi, le jeu est suspendu et le joueur qui a refusé le doublement doit s'acquitter du gain initialement convenu. S'il accepte, la partie continue. Quand le premier doublement a eu lieu, le dé passe à l'autre joueur, avec la face 2 tournée vers le haut. A son tour, il peut choisir de doubler le gain convenu au départ. Il redonne alors ce dé à son adversaire, avec, cette fois, la face 4 tournée vers le haut. Le premier joueur devra prendre position. Soit il acceptera le nouveau doublement, soit il devra s'acquitter de quatre fois le gain fixé initialement.

6. Gammon et backgammon. Si, à la fin du jeu, celui qui a perdu a au moins conservé un jeton, il ne perd que le gain de l'enjeu. S'il n'a pas sauvé un seul jeton, il devra acquitter au vainqueur le double du Gammon (la mise) convenu au départ. Si, non seulement il n'a plus un seul jeton mais qu'il ait fait l'objet d'un hors jeu, il y a backgammon et c'est le triple qu'il devra au vainqueur.

7. Précisions sur les lancers. Les deux dés doivent être lancés ensemble et tomber à plat sur le plateau du jeu. Ils ne doivent pas être touchés tant que les déplacements qu'ils entraînent n'ont pas eu lieu. Le prochain lancer ne doit pas avoir lieu avant que l'adversaire ait fini de déplacer ses jetons. Dès qu'un joueur a lâché la pièce qu'il a placée sur une flèche, il ne peut plus la remettre à son point de départ ni sur une autre flèche.

> Le déroulement d'une partie de Backgammon.